2 novembre 2011

Les transgresseurs mis à nus par leurs apologistes mêmes


En ce moment même, mes chers concitoyens, tandis que vous dormez sur vos vastes oreilles de sourds, la bête immonde rôde autour de la civilisation et fait peser sur cette partie du globe une menace qui rappelle les heures les plus soirs de notre histombre.
Des intégristes catholiques ont perturbé une pièce de Roméo Castellucci, variation scatologique sur le visage du Fils de Dieu. Attention, je précise que n’ayant pas vu la pièce et n’ayant aucun désir de la voir, je ne porterai ici aucun jugement sur cette merde ! Que ce soit bien clair : on ne badine pas avec la déontologie au CGB !

Il y a bien plus amusant à faire, par exemple écouter comment France culture relate la chose.
(cliquer ici pour écouter)
zSHARE - France cult.mp3

Le 24 octobre 2011, dans l’émission La dispute, d’Arnaud Laporte, une présentation des échauffourées nous est impartialement faite. Le chroniqueur Antoine Guillot évoque le courageux dramaturge, champion de la transgression, comme de juste. A l’heure où même les chanteuses de variété française renversent les tabous, où un animateur télé peut-être « dérangeant », où un T-shirt est « subversif », où un billet d’avion est « révolutionnaire et où ma boulangère « déplace les lignes », il serait étonnant qu’un artiste subventionné par l’Etat ne soit pas, au minimum, transgressif. Passons.

Le Guillot raconte donc l’histoire des perturbations cathos et évoque une autre pièce «dérangeante », Golgotha Picnic , de Rodrigo Garcia, bientôt donnée à Paris, et qui risque d’être à son tour attaquée ! A cette occasion, Rodrigo Garcia est présenté comme un artiste…devinez quoi : transgressif ! Bigre, encore un !!
On apprend même qu’il « bouscule protocoles et tabous » et que « les vociférations et images chocs sont ici assumées ». Bien...

Jusqu’ici, me direz-vous, nous sommes dans la parole ordinaire de l’élite cuculturelle, bien dans son rôle, ma foi, quand elle défend les artistes (surtout les transgressifs subventionnés) contre ces connards de Cathos. Mais là où la chose prend un tour cocasse, impayable et pour tout dire murrayien, c’est quand Joëlle Gayot, qui anime une autre émission sur France Culture, se fend de son commentaire outragé. Elle crie au scandale devant ces groupes qui « participent de l’extrême » et « qui n’ont plus de surmoi » et qui « au grand jour, se permettent d’intervenir sur tel ou tel artiste ». En trois mots, cette inepte reproche aux Cathos ce qu'elle applaudissait chez Castellucci. Extrême, sans tabous (plus de surmoi) et qui se permet d’intervenir sur tel ou tel Dieu, c’est bien le portrait que son collègue Guillot venait de faire du Roméo ! Elle se prend les pieds dans le tapis. La transgression oui, mais pas touche à mon théâtre subventionné ! Les tabous c’est caca, mais respecte mon statut ! La religion, je lui piétine la face mais j’appelle les flics si tu n’es pas d’accord. Ha, les braves…

Ce qui est beau, dans cette bouffonnerie, c’est de voir des usurpateurs pris à leur propre piège. De courageux compisseurs du Christ en 2011 (alors qu’il est mort depuis 1882) ressassent des attaques contre un ennemi déjà en putréfaction. La charogne a fini de puer depuis un siècle qu’ils en sont encore aux insultes. Leurs excès de retardataires sont tout désignés pour soulever le cœur de quelques nonagénaires, au mieux de quelques scouts. Mais dès que ces artistes "radicaux" trouvent en face d'eux des cathos tout aussi radicaux, on crie pouce ! On veut bien être radical, mais tout seul ! C’est à devenir fou : si l’on veut soutenir la transgression comme valeur, faut-il tresser des couronnes à un Castellucci, ou adhérer au combat des cathos intégristes qui « participent de l’extrême », selon le mot immortel de la Gayot ? L’un transgresse un tabou depuis longtemps tombé au sol. Les autres transgressent le tabou de l’artiste contemporain, supposé libre de clamer sa vérité tout en exigeant un désert critique. Faut-il applaudir l’esprit libre de Rodrigo Garcia qui " bouscule protocoles et tabous ", ou celui des scouts à cheveux courts qui n’ont carrément « plus de surmoi » ? Et, ce faisant, n’ont-ils pas atteint le nirvana contemporain que tout artiste cherche, le moment où le surmoi étant dépassé, enfin libre, on défonce les conventions bourgeoises ?


Quand Voltaire défendait Callas, il prenait des risques. Il ne combattait pas l’Inquisition pour obtenir un bon papier dans les Inrock, ni une chronique hagiographique sur France Culture. Les artistes contemporains pourraient tout à fait décider de ne pas se ranger dans la tradition voltairienne, mais voilà, il semble que la transgression et le combat militant soient devenus l’alpha et l’oméga de toute création. Eh bien, qu’ils transgressent vraiment, qu’ils se battent contre des dangers réels, et qu’ils laissent tranquille ce pauvre Christ auquel plus personne ne croit, puisque plus personne n’est prêt à mourir ni à tuer pour lui. Au lieu de chercher des poux dans la dépouille momifiée de la morale chrétienne, dont tout le monde se cogne depuis un siècle au moins, pourquoi aucun théâtre subventionné ne se penche-t-il, par exemple, sur les implications psychosociales du personnage d’AÏcha, troisième épouse et favorite de Mahomet ? La tradition nous rapporte des choses bien étranges sur ce modèle d’union proposé aux croyants : épousée à six ans, devenue femme à neuf… (Références ici)

Qu'attendent donc les transgresseurs ? L'autorisation de leur ministre de tutelle ?

37 commentaires:

  1. Excellente chute ! Encore plus d'actualité avec l'incendie des locaux de charlie escroc.

    RépondreSupprimer
  2. Beboper t'es vraiment un enculé: pourquoi t'as besoin pour défendre le Christ de chier ta petite crotte sur l'Islam dont tu connais rien (joue pas au connaisseur,sale merde) ? c'est ça le fin mot des piètres défenseurs de la foi chrétienne qui osent pas trop le dire et qui sont incapables de l'être ,catholiques.

    Et d'abord qu'est-ce que tu connais à l'islam, sous-merde que tu es? tu te crois intelligent, franchouillard de mes deux, en parlant "d'implication psychosocial" quand tu parles d'un mythe puissant né 7eme siècles .

    Les catholiques,les vrais, ceux habités par la transcendance n'ont pas besoin d'invoquer le prophète de l'islam pour défendre le Christ. Bernanos a-t-il jamais parlé de l'Islam? et Bloy? en vrai tu ne connais ni le Christ ni le prophète de l'Islam. Parle de ce que tu connais ,pauvre tache : ton slip sale .

    T'es qu'une pauvre merde qui assume pas ses couilles.

    youpin,va!

    RépondreSupprimer
  3. t'as un article dans le Parisien du jour qui titre : "le retour des intégristes." Bon, il parle des catho hein.

    RépondreSupprimer
  4. moi non plus je ne connais rien à l'islam ! heureusement que bientôt , la Tunisie et la Libye vont nous montrer le chemin de la rédemption...
    en attendant dépêchez vous de vous faire enculer !

    http://fr.novopress.info/96660/kiosque-etranger-loi-islamique-trois-homosexuels-pendus/

    RépondreSupprimer
  5. Et donc, conchier l'islam (oui, la conclusion hors sujet et inintéressante, là), ce serait plus "transgressif" ? Mais pourquoi ? C'est un Dieu mort depuis fort longtemps également sous nos latitudes.

    Comment ? Non, ce serait vivant ? Parce qu'on fout le feu au siège de Charlie Hebdo ? Uniquement parce que ça énerve des gens au point de les pousser à la violence, ce serait transgressif ?

    Mais vu ce qu'il se passe, chier sur le Christ aussi.
    Mauvais.

    RépondreSupprimer
  6. A l'anonyme de mes couilles :
    Où t'as vu que je suis catholique, fils de chien?
    Où t'as vu que je défends le christ, petit-fils de héron pelé ?
    où t'as vu que cet article parle d'un puissant mythe né au VIIeme siècle, arrière-petit-fils de cafard purulent ?

    RépondreSupprimer
  7. @Anonyme: Et qu'est-ce que tu connais à Bloy? Tu te crois en droit de te servir du nom de cet auteur dont tu ne connais visiblement rien (lis le Désespéré, l'I-slam n'y est pas épargné), d'étaler des références hâtives de "savant islamique" (merci Wikipedia) pour défendre Allah? Parle donc de ce que tu connais, etc etc...

    RépondreSupprimer
  8. kobus van cleef2 novembre 2011 22:34

    @ beboper
    encore , encore !
    lorsque le fantôme de cendrars se déchaîne , ça paye!

    RépondreSupprimer
  9. Beboper, c'est aussi lui qui a écrit les répliques du Capitaine Haddock du Tintin de Spielberg. Alors le faites pas chier.

    RépondreSupprimer
  10. joue pas au bonhomme,t'as pas un échantillon de testostérone sur toi, petite pédale .

    Lave toi le cul avant de parler et du Christ et du Prophéte, clébard.

    ce que je te reproche c'est de jouer l'intelligent, le mec ironique à qui on la fait pas: pourquoi pour stigmatiser bien justement les petits enculés de transgresseurs stipendiés par les institutions ,tu crois bon de poser ta crotte sur l'Islam?

    Qu'est-ce que ça vient foutre là-dedans?

    Tu moques un sacrilège en en prônant un autre? t'as pas d'argument ? t'es obligé de patauger dans la bassesse et de tout salir.

    Tu n'es pas seulement catholique , tu en es incapable . Tu ne peux l'être puisque tu es un enculé.

    Tu mérites une bonne gifle, suce-youtres.

    RépondreSupprimer
  11. Si on ne peut plus essuyer une petite crotte de nez dans la barbe du prophète... Aïcha s'amuse à les manger ensuite... ça s'amuse d'un rien à cet âge.

    RépondreSupprimer
  12. Je crois qu'on a trouvé celui qui a incendié Charlie Hebdo et il traine sur notre blog. Sifflez Guéant !

    RépondreSupprimer
  13. L'anonyme de mes couilles me reproche de "patauger dans la bassesse" : il craint pour sa place.

    La bassesse la plus authentique, c'est celle du GROS CON qui croit en ce macache de Dieu et viens me faire chier avec. Tu piges, fils de boyau ?

    Que le GROS CON fasse par ailleurs une exégèse des plus fines ne change rien, il construit avec génie sur que dalle. Bloy compris, inculte veau.

    Lis ce qui est écrit, au lieu d'interpréter avec ton cerveau reptilien ce que tes yeux de branleur exténué ont cru voir. Je ne "chie" pas du tout sur l'islam, fion fait homme, mais j'invite les transgresseurs patentés à le faire, pour voir. Pour voir notamment les fils de blattes dans ton genre sortir des plinthes pour partir à l'assaut du blasphème (enfin, toi, t'es tellement tarte que tu cris au blasphème dès qu'on évoque la fille d'Abou Bakr. Tu reconnaîtrais pas un vrai blasphème même si on te l'enfonçait dans le cul).

    C'est même un hommage que je fais à ton genre : c'est en allant provoquer des noeuds comme toi, et non en cherchant de sempiternels poux dans la tête du Charpentier, que les transgresseurs se montreront à la hauteur de ce qu'ils prétendent.
    Dégage, bigot de mes deux !

    RépondreSupprimer
  14. "Je ne "chie" pas du tout sur l'islam, mais j'invite les transgresseurs patentés à le faire, pour voir."

    C'est exactement ce que je te reproche ,baltringue.

    Qu'est ce qui justifie que pour appuyer ta dénonciation moqueuse de ces transgresseurs bidons ,tu invoques le Prophète de l'Islam ? C'est quoi ce tropisme qui confine à l'aveuglement? on te parle du Christ et toi tu sors de ta cervelle malade d'esprit libre à la con ,le Prophète . Pourquoi ? Réponds espèce de con.

    Le sous-entendu ,le clin d'oeil vulgaire c'est ça le vrai truc des enculés à moins que tu ne sois qu'un de ces ignares bouffé par le chibre islamique branlé quotidiennement par le Spectacle .Un abruti quoi.

    Avant de me faire la leçon, connard, tâche de distinguer le blasphème du sacrilège.

    tu connais rien ,t'es juste un cuistre à gifler.

    RépondreSupprimer
  15. Et sinon anonyme, t'en penses quoi du fait que ton Muslim de prophète baisait des gamines de 9 ans ?

    Chien d'la casse frustré, t'as rien compris à ce que voulait dire l'auteur de l'article, tellement ton pd de prophète t'aveugles

    RépondreSupprimer
  16. un autre anonyme3 novembre 2011 15:49

    beboper, il a raison; tu ne peux pas appliquer un jugement de valeur valable aujourd'hui (et dans une société que tu conchies par ailleurs) pour des faits arrivées dans d'autres temps et dans une civilisation différente... je ne sais pas, c'est comme dénigrer toute l'egypte ancienne parce que les pharaons se mariaient entre frères et sœurs, ou dire que l'apport des grecs à la civilisation occidentale est nul et non avenu parce qu'ils pratiquaient l'esclavage etc. etc. c'est juste un problème de logique, ô fils de chien...

    RépondreSupprimer
  17. Anonyme de 15:49)Mais bon dieu d'bon dieu, où as-tu vu que je jugeais "l'affaire Aïcha" ? Je ne juge RIEN DU TOUT, je suggère juste que les transgresseurs de mes deux aillent voir là où ça pourrait leur faire mal (et je suppose que les moeurs archéo islamiques seront jugées "scandaleuses" par ces bien-pensants) plutôt que faire semblant de résister à un joug catho qui est flapi depuis un siècle et demi.

    Bon, si ça ne se comprend pas à la lecture de mon article, c'est que je l'ai mal exprimé. OK. Mais ce que je voulais dire, c'est ça.

    Je précise que je me FICHE des moeurs du passé, et je les accepte toutes, y compris les sacrifices humains. Je les accepte comme héritage, mais bien sûr, je suis passé à autre chose (encore que certains jours, un petit sacrifice humain me détendrait...). Cette précision vaut pour les religions, héritage majeur du passé, qui me paraissent toutes très rigolotes mais construites sur macache.

    Alors que Mahomet ait eu une épouse de neuf ans ou qu'il ait été très politiquement incorrect avec l'affaire des Banu Qurayza, à titre personnel, ça ne me dérange pas. je n'ai pas besoin de ces "détails" pour savoir que les religions sont des fables à la gloire d'un néant appelé Dieu.

    RépondreSupprimer
  18. Salut Beboper !
    Super billet, comme souvent. Plus je te lis, plus je sais que je ne partage pas forcément tes vues, mais plus j'apprécie (c'est un genre de compliment).
    Je me permets deux suggestions.
    1) une idée. Peut-être faut-il distinguer les auteurs que l'on joue des directeurs qui les programment. Pour produire une pièce, il faut l'écrire. Or il est possible que l'auteur n'écrive pas seulement choquer ou pour faire la morale (par simple désir de transgression). Ainsi celui qui s'attaque au christianisme (et ça se trouve ça n'est pas le cas dans la pièce dont on parle) pourrait vraiment avoir un problème avec. Et si on met du caca sur scène, on peut être un génie, ou un qui renonce au non-dit, sans être pour autant un transgressif. La transgression serait plutôt dans l'oeil du directeur de théâtre ou du commentateur, qui s'intéresse à ce qui choque, en se disant que c'est intéressant. [On est d'accord que je ne propose que des idéaltypes !]
    Dès lors on pourrait se demander si ceux qui s'en prennent à d'autres "idoles" sont absents parce qu'ils n'écrivent pas (couardise d'auteur), parce qu'ils n'existent quasi pas (affaire sociologique) ou parce qu'on ne les accueille pas (affaire de directeurs et de commentateurs). Je pencherais pour l'aspect socio, mais je ne développe pas plus, car je n'ai pas vraiment d'avis
    2) une défense de l'attaque que tu portes aux commentateurs. La représentation n'est jamais qu'un propos un peu développé, destiné aux quelques-uns qui sont dans la salle. Les comédiens n'empêchent pas ceux qui sont venus les interrompre d'aller à la messe. Bef, il ne faut pas oublier de distinguer actes et opinions.
    Mais je dois avouer que le "ils n'ont plus de surmoi" est quand même magique. Comme tu l'écris, ces agitateurs atteignent le paroxysme de la transgression, et les adeptes de cette valeur devraient presque les féliciter.

    RépondreSupprimer
  19. @ l'Anonyme Gilles de la Tourette de 04:31

    Le sacrilège n'existe qu'aux yeux du fidèle, mais il n'existe pas en soi. Le sacrilège aux yeux du croyant ne restera qu'un simple blasphème à ceux du non-croyant.
    Alors, je ne vois pas pourquoi un non-croyant devrait se poser la question de savoir s'il blasphème ou s'il sacrilège.
    Sache aussi que je me suis déjà fait enculer au cas où tu me le proposerai. C'était pas si mal. En plus, c'était un sioniste.

    RépondreSupprimer
  20. Mikoyan Gourevitch3 novembre 2011 23:02

    Sinon Beboper, comme l'a dit Lays j'ai pas vraiment compris pourquoi l'Islam serait plus "vivant" que le christianisme. Je suis d'accord pour dire que ça fait un peu plus bander dans les chaumières ces temps-ci, mais pris dans sa globalité c'est quand même une icône bien rabougrie.

    Dans un siècle ou deux je suis prêt à parier que Mahomet sera dans un état de putréfaction plus grand encore que son pote Jésus. Nos grands monothéismes, c'est deux ou trois millénaires d'âge (et encore moins pour l'Islam) sur des centaines de milliers d'années d'humanité. Pas grand chose en somme, tout ça finira bien par crever.

    RépondreSupprimer
  21. un autre anonyme4 novembre 2011 00:14

    "les religions sont des fables à la gloire d'un néant appelé Dieu."
    un croyant c'est quelqu'un qui croit, un athée c'est quelqu'un qui croit qu'il sait...


    "Nos grands monothéismes, c'est deux ou trois millénaires d'âge (et encore moins pour l'Islam) sur des centaines de milliers d'années d'humanité."

    je ne sais pas à quel fils de singe tu fais remonter l'humanité, mais sapiens c'est il y a 30 000 ans (et les débuts de l'agriculture, la fin du nomadisme et les 1eres villes c'est a peu près il y a 10 000 ans), il y a fort à parier que les religions structurées datent aussi de la même époque, soit le moment où il devenait urgent d’empêcher les gens de manger/tuer/voler la femme du type qui habitait à coté de chez eux et qui, pour la 1ere fois depuis les débuts de l'humanité, avait des chances de ne pas faire parti de leur famille proche...

    RépondreSupprimer
  22. Pas si bête l'immonde ?4 novembre 2011 00:56

    Selon Christine Boutin, connue pour ses combats contre le Pacs et l'avortement, cette pièce "s'avère être, de l'avis de certains qui ont pris la peine de la voir, loin de la provocation sacrilège. Bien au contraire, elle porte un message sur la compassion".

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/10/31/97001-20111031FILWWW00508-blaspheme-boutin-prend-ses-distances.php

    RépondreSupprimer
  23. En dehors de toutes ces considérations hautement philosophique, ça me ferait vraiment chier de savoir qu'il n'y a pas de Dieu , ou quoique ce soit dans ce genre ...savoir qu' Adolphe , Joseph , le "Ché" ou encore Pol Pot , bref tous ces enculés qui ont tant saigné l'humanité et les enculés qui continuent de la saigner ne soient pas , quelque part , condamnés à se faire bouffer le foie pour l'éternité ou à se faire sodomiser chaque jour avec une batte de baseball garnie de fil barbelé !
    Allez , bande de mécréants ...rappelez vous quand même que " les derniers seront les premiers " et les premiers seront les derniers "
    Paraît même que ceux qui sentent le parfum de la dame en noir avec sa faux (y compris et surtout les athées )se demandent avec panique :" et s'il existait ..."

    RépondreSupprimer
  24. "je ne sais pas à quel fils de singe tu fais remonter l'humanité, mais sapiens c'est il y a 30 000 ans"

    N'importe quoi. Les plus vieux restes de Sapiens retrouvés datent de 400.000 ans.

    Pour l'agriculture c'est correct, mais tu penses sérieusement que les groupes humains non-sédentaires n'ont rien inventé pour éviter de s'entretuer à chaque rencontre avant le monothéisme ? Les différents polythéismes et animismes ont aussi des règles régulant les comportements homme/homme et homme/nature, l'humain n'a pas attendu les révélations de mecs frappés d'insolation pour être humain...

    RépondreSupprimer
  25. @koudiat

    "bref tous ces enculés qui ont tant saigné l'humanité et les enculés qui continuent de la saigner ne soient pas , quelque part , condamnés à se faire bouffer le foie pour l'éternité"

    Bof, Prométhée n'était pas un enculé et pourtant ce vieux con de Zeus l'a quand même condamné à se faire grignoter le foie une fois par jour. Je ne suis pas pressé personnellement.

    RépondreSupprimer
  26. Dans notre société actuelle, LA transgression ne serait-elle pas le fait de croire encore en quelque chose ?

    RépondreSupprimer
  27. Ca dépend. Croire eu métissage, aux indignés, ça ne transgresse pas la transgression.

    Croire en quelque chose de traditionnel et d'autochtone, oui probablement.

    Jesus et la petite souris seraient finalement des enculés d'autonomes.

    RépondreSupprimer
  28. la petite souris c'est qui ? Franchement je vois pas. Boutin est trop grosse pour passer dans le trou.

    RépondreSupprimer
  29. Les multiples paganismes, les multiples religions autochtones, les mythes, les philosophies traditionnelles qui remontent à la nuit des temps, les rituels, les totems et les tabous, tout ça remonte à bien plus loin que 2500 ans et 1400 ans pour le petit dernier venu (islam, monothéisme bien sec et roide)... en effet, pas besoin d'attendre que les youtrons racistes ethnocentrés nous pondent leurs merdes sur yahvé pour qu'émerge une "morale" et un "code" humain. Fils de putes enyoustrés.

    RépondreSupprimer
  30. J'aime bien être enyoustrés. On se sent supérieur.

    RépondreSupprimer
  31. Quand un gars de Morbleu vient commenter c'est que c'est forcément un bon article.

    Il pose d'ailleurs la question de la programmation du théâtre de la Ville et à Paris en règle générale soit des œuvres jugées "provocatrices" par l'administration culturelle ou très chiantes scandinaves (Ibsen, Strindberg)

    RépondreSupprimer
  32. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/10/31/97001-20111031FILWWW00508-blaspheme-boutin-prend-ses-distances.php

    Merci de l'info !

    Je réserverai donc le produit de ma prochaine diarrhée à la face lunaire de madame Boutin, puisque c'est un geste compassionnel.

    RépondreSupprimer
  33. La compassion (du latin : cum patior, « je souffre avec » et du grec συμ πἀθεια , sym patheia, sympathie) est une vertu - par laquelle un individu est porté à percevoir ou ressentir la souffrance d'autrui, et poussé à y remédier. D'où le besoin de ce mot, ainsi que de celui d'empathie. « Pitié » et « apitoiement » sont tous deux devenus péjoratifs, mais signifient originellement compassion, tout comme « miséricorde » et son synonyme « commisération ».

    RépondreSupprimer
  34. Ce qui serait vraiment une transgression serait de s'attaquer au messianisme talmudique ou à l'épidémie de pédophilie chez les rabbins.
    Mais pour ça, on peut se bresser...

    RépondreSupprimer
  35. "Se bresser", ça veut dire quoi ? Enculer un poulet de Bresse en criant "mort au sionistes!" ?

    RépondreSupprimer
  36. La chiotte que la chienlit qui nous cause de la pucelle Aïcha, qui perdit son berlingo bien avant le mien.
    La chiotte que cet étron malingre.
    Nul d''entre vous n'a reconnu la performance du vioque qui en chie chaque jour et à heure fixe des coliques sirupeuses à l'odeur fétide. Merde alors quelle performance que cela, surtout à cet âge là. Se chier autant dessus, comme cela à la demande, cela mérite la balayette à gogue d'or.
    Moi, j'y suis allé dans ce déféquoir. Je vous dis pas, tout le monde se lâcher sa perlouze en douce, comme cela, en prime, par mimétisme ; j'ai un voisin qui a vomi dans mon parapluie. Nous étions dans le sujet, en plein.
    Remarquable oeuvre merdique, aussi merdique que le public qui m'entourait, quoique pour certain joué avecla merde l'autre semblait naturelle, comme ce voisin qui excité par l'odeur tenait le membre viril de son voisin et l'astiquait frénétiquement en lui disant mais tu mouilles salope, tu mouilles ma couille, sens-tu ton odeur de merde qui m'appelle le sodomite ? Quelle soirée...
    Heureusement qu'en sortant le chant gracieux de la piété a lavé ces déjections putrides de ma tête.
    Petite confidence, l'auteur a informé une partie de son joyeux public que le prochain spectacle s'appellerait "Le paradis" et il mettrait en scène 72 jeunes sodomites qui se feraient mettre à chaque instant par un barbu, croyant que la vraie vie après la vie c'est d'embourber encore plus son prochain...
    Les techniciens ont un petits soucis toutefois, ils ne savent pas comment faire pour que la rondelles des 72 comédiens restent aussi vierge après qu'avant le spectacle.

    RépondreSupprimer

Attention : si ton commentaire refoule de la goule, tu seras crapuleusement discriminé.
(Les anonymes serviront de cibles aux tirs d'exercices.)

Les nouveaux TER de la SNCF sont trop larges. Que pourrait-on raboter d’autre en France ?