21 février 2011

Rendez-nous la LCR !

Rendez-nous la LCR! Rendez-nous la LCR!



Lecteur, je tiens à attirer ton attention sur la disparition annoncée d'une espèce que l'on savait menacée depuis la destruction en 1989 de ce grand mur sauvage au pied duquel elle avait l'habitude de faire son nid. 2012 sera une bien triste première dans l'histoire de la 5ème république et même de l'histoire politique moderne. Pour la première fois, il n'y aura aucun parti faisant plus de 1% des voix se réclamant de l'héritage marxiste, de la révolution bolchévique ou de l'Internationale Communiste. Et ça c'est pas du lourd comme on dit quand on est Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres.
Adieu L.O, P.T, LCR et PCF. Triste constat quand il y a tout juste 30 ans, les abonnés du Figaro s'apprêtaient à émigrer ou à prendre le maquis, de peur de voir Mitterrand débouler à l'Élysée assis sur les chars frappés du sceau de l'étoile rouge, la rose entre les dents.
Adieu Arlette, toi qui aura tout juste eu le temps de te faire évincer du barnum médiatique pour cause de non-participation à la mascarade de 2002, avant de prendre ta retraite et de voir le fondateur du mouvement s'éteindre. Privée de son idéologue et de son charismatique porte-parole, L.O est aujourd'hui condamnée à retourner dans l'anonymat des scores infinitésimaux.
Adieu Parti Communiste, mort de la lente érosion de ta base électorale, partie chez les voisins micro-trotskistes ou au F.N. Mais, opiniâtre et soucieux de maintenir en vie les planqués de ton appareil dirigeant, pas tous sénateurs, il aura fallu attendre de faire 0,5% des voix avant d'aller se dissoudre dans le nouvel avatar du Front Populaire en carton recyclable, le Parti de gauche de Mélenchon.
Adieu LCR, toi qui justement as voulu te positionner sur le même créneau que la Méluche en gommant tes aspérités idéologiques, délaissant à jamais tes oripeaux révolutionnaires, pour devenir le grand parti anti-tout. Le gâteau, c'est vrai, semblait prometteur après 2007, avec un véritable vivier de voix volatiles à captiver à la gauche du PS, chez les orphelins du PC ou chez les déçus de l'écologisme recentré. Mais quand on se veut rassembleur, on met quelqu'un de plus charismatique que Besancenot à sa tête, un peu mou du genou pour incarner l'homme providentiel derrière lequel se rangerait tout un troupeau de pacifistes armés assoiffés de justice sociale, quand dans le même temps un Mélenchon survolté et offensif n'en peut plus de tonner et de taper du poing sur la table dans un récital ininterrompu de ses meilleures imitations de Georges Marchais (fermez les yeux et écoutez le bramer, vous vous croiriez retourné chez Messerschmitt ).

Pourtant y avait de l'idée dans le choix de Besancenot comme figure de proue. Le mec est quand même facteur à Neuilly, le jour du Grand Soir, c'est une pièce fondamentale, il a les adresses !! Mais que de désenchantement à le voir fondre en larmes, un soir de paillettes chez Ardisson, après s'être fait traiter à mi-mot d'antisémite par un méchant sioniste à la mine sévère. Là où un révolutionnaire digne de ce nom te reprend une gorgée de sang de suppôt du Kapital avant de te noyer sous un flot de dialectique marxiste, Monsieur pleurniche. Et quand Eric Cantona, devenu îcone de la subversion en relevant le col de son polo pour jouer à la baballe, propose de mettre à bas le système bancaire en allant, tous ensemble, retirer notre bon pognon aux distributeurs, Olivier lui répond que « oui... heu... c'est une idée sympathique... heu...mais..heu...y a des solutions plus concrètes..heu...et plus productives...heu...on pourrait organiser une grande manif ! » et d'ajouter hors-micro « c'est que, c'est pas que je veux pas la faire la révolution mais là y a les traites à payer, pi le premier tiers qui va me tomber sur la gueule. Pi avec la crise, tout ça...Vous me comprenez, vous, monsieur Duhamel ? ».


Ligue Communiste Révolutionnaire. LCR.

Ça claque ! Direct t'as envie de picoler et pas du Nespresso! Et ça t'aide à oublier qu'en face de toi t'as Olivier Besancenot qui a l'air bien trop propre et trop bien nourri pour être vraiment sérieux.
Ligue :
Putain ! Comme dans dissolution de ligue factieuse, tu sens le parfum d'aventures ? Tu penses aux Camelots du Roy battant le pavé de leurs cannes plombées? La police qui charge à cheval, sabre au clair, ou au canon à eau pour les moins romantiques !
Communiste :
Le bolchevik hirsute, le couteau entre les dents, la clandestinité avec les camarades, le viol de bonnes soeurs, l'ouverture de la saison du Tsar, chasse artisanale très subtile, pour amateurs passionnés et qui se pratique à la grenade.
Révolutionnaire :
Foutre ! C'est Saint-Just qu'on convoque ! Saint-Just qui monte à la tribune réclamer la mort du Roi du haut de ses 25 ans, c'est Marat, implacable, qui réclame 100 000 têtes pour éradiquer la subversion contre-révolutionnaire ! C'est les colonies de vacances en Vendée avec Turreau et les copains, la vie au grand air ! C'est la mère Russie, la Révolution communiste, la prise de pouvoir, le renversement de l'ordre établi. La Révolution mondiale, partout, tout le temps. Un putain de projet de société. Sanglant, terrible, mais un projet, au bout : une finalité. Et en attendant, quelques belles heures de Rock'N'Roll en perspective!

Nouveau Parti Anticapitaliste. NPA.

Pour les plus cons, comme moi, la premiere pensée ira à Nulle Part Ailleurs et à Antoine de Caunes qui lance des saucisses sur Gildas. Lui-même humiliant Bonaldi. Dire qu'un con de communiquant leur a vendu l'idée et a dû leur présenter ça comme un atout. NPA, ça vous ramène du CSP + abonné à Canal et du trentenaire en phase régressive trop jeune pour aller aux Gloubi-boulga Partys !
Nouveau :
Comme le Beaujolais du même nom, comme le dernier né de la gamme Apple ou le nouveau « tampax ultra » goût menthe avec tampon applicateur en titane. Ça sent la technique de vente mal lavée, le produit d'appel, zont juste pas osé s'appeler « vu à la TV ».
Parti :
Comme dans Parti socialiste, est-ce bien raisonnable... Là aussi t'as envie de picoler mais pour oublier.
Anticapitaliste :
Ça sent la chouinerie, la contestation stérile et la manif qui pue des pieds.
Le NPA c'est quand tu sais que la Révolution, en vrai, tu la feras pas. Quand t'as abandonné l'idée de changer la société. Alors tu te rabats sur la contestation, l'indignation, le petit supplément d'âme avec Stéphane Hessel/ en couverture. La Révolution c'est dangereux, salissant. A tout moment tu peux devenir un salaud avec du sang jusqu'aux oreilles. La contestation ça te permet de rester propre, de savoir que tu es le bien et que tu combats l'injustice. D'ailleurs n'as tu pas pris sur tes RTT pour participer à la manif ? C'est pas un sacrifice ça ?

Et les militants dans tout ça ? Des militants NPA, j'ai pu en voir à l'œuvre il y a quelques mois à l'occasion de l'érection des fameuses statues de Georges Frêche. Ils organisaient une contre-manifestation, le même jour, mais pas à la même heure. Pourquoi pas à la même heure ? J'ai pu le comprendre en arrivant sur les lieux, c'était pour que les journalistes puissent couvrir l'événement.

Les forces en présence :
une petite dizaine de militants NPA, mâles et femelles, quinquagénaires et rigolards au look de syndicalistes, fonctionnaires de l'administration publique ou de l'éducation nationale, jeans, ponchos et Kickers de rigueur.
Une grosse vingtaine de journalistes qui n'y croyaient pas une seconde mais qui avaient un papier à faire.
Et le peuple (la population, les non-professionnels du ramdam médiatique, les normaux) réduit à la portion congrue, soit moi tout seul. Ya bien un type qui en passant leur a crié d'« aller se faire mettre » mais je ne le compte pas car il n'est pas resté.

Avant de démarrer leur discours et d'inaugurer une fausse statue en carton de Georges Frêche 1er Roi de Septimanie, qui ne manquera pas de leur tomber sur la gueule avant la fin du laïus, le chargé de com du NPA distribue la copie du discours pour que les journaleux puissent le recopier servilement. Comme je tends la main pour prendre connaissance du discours, le gusse me le refuse sous prétexte que je ne suis pas journaliste. Évidemment, je m'étonne de ce refus d'informer l'honnête citoyen que je suis, ce qui me vaudra de passer la suite du happening sous la surveillance de l'imbécile et le regard noir des journalistes pressés d'aller bouffer ,qui eux savent très bien pour qui tout cela est organisé , nullement choqués par le fait d'être deux fois plus nombreux que les militants.

A la fin du discours, les gentils révolutionnaires prennent complaisamment la pause devant objectifs et caméras. J'en profite pour essayer de discuter avec eux et fais part à l'un d'eux de mon étonnement de voir des gens capables de déclamer l'Internationale sans reprendre leur souffle, qui se sont longtemps revendiqués de Léon Trotski, éminent dirigeant bolchévique, ancien fondateur de l'assez peu pacifiste Armée Rouge, jouer les vierges effarouchées devant la volonté d'ériger une statue au père de la révolution bolchévique qui les fait tant fantasmer, devenu aujourd'hui dans leur bouche un «tyran sanguinaire». Derrière un sourire embarrassé, le militant NPA me répondra qu'ils ne sont pas trotskiste (comme s'il était né au militantisme en 2008 à son âge) et tiendra un lénifiant discours bisounours à base d'argent public, de manifs et de pacifisme. Afin qu'on se quitte bons amis (mais qu'on se quitte surtout) il me procurera la photocopie d'une partie du discours réservé aux journalistes. Si comme le prétend Gil Scott-Heron,et contrairement aux happenings du NPA, «la révolution ne sera pas télévisée», alors elle n'est décidément pas pour demain.

Grâce au précieux tract, j'ai récupéré les noms, prénoms et numéro persos des 3 principaux responsables locaux du NPA et de la révolution Groucho-Marxiste. C'est ainsi que depuis ce jour, régulièrement, quand la nuit est noire et que vient l'heure du crime, je leur envoie des textos anonymes au texte sibyllin et lourd de menaces : «Prends garde à toi! Demain j'apporte les glaçons !» signé : Ramon Mercader! Une fois, une seule, j'ai eu une réponse : « Mais c'est qui, à la fin, ce Ramon Mercader ? »
Qu'on me rende la LCR!!

1 commentaire:

  1. boris soudoplatov22 février 2011 13:33

    ramon mercader , c'était mon pseudo sur causeur
    tu parles d'une bande de lourdeaux !
    que des bisounours et des csp plus se défoulant entre deux discuttes sur les rtt !
    moi , quand je glande sur internet , je fais pas autre chose et je sais que la thune rentre pas
    bref

    RépondreSupprimer

Attention : si ton commentaire refoule de la goule, tu seras crapuleusement discriminé.
(Les anonymes serviront de cibles aux tirs d'exercices.)

Les nouveaux TER de la SNCF sont trop larges. Que pourrait-on raboter d’autre en France ?